Géfé, artiste du mouvement et de la profusion

Incroyable profusion artistique du plasticien/créateur Géfé qui « tribule » (de tribulation !) depuis une cinquantaine d’années au gré d’une inspiration débridée.
Cet artiste, né en mai 1950, d’un père ébéniste et artiste peintre, a bourlingué de Wasselonne, Brechlingen, Marlenheim, (où se trouve son atelier !) jusqu’à Mulhouse. Il possède une formation de décorateur-étalagiste et s’est inspiré d’un collègue qui signait ses toiles R-Gé pour s’approprier le patronyme de Géfé, alias Gérard Felder.

J’ai eu le bonheur de le revoir après un bon break d’une vingtaine d’années et notre ami est resté ce gamin émerveillé, hyper productif à l’imagination débordante, révolté et généreux, bref un véritable humaniste. Le monde en a bien besoin en ces temps d’obscurantisme ! J’avais publié, dans les années quatre-vingt, un ouvrage poétique à la Bartavelle intitulé « A corps et à cris » qui lui avait –déjà à l’époque – inspiré de superbes dessins et illustrations.

C’est sans conteste, un magicien des arts plastiques et du mouvement, un épicurien jongleur et acrobate des couleurs qui nous propose l’ivresse et l’enchantement de ses toiles, semblant se mouvoir en une même gestuelle. Sa peinture constitue une poésie et un bouillonnement fécond, symphonie de teintes et de nuances, ode à la vie et à la création, telle une éternelle genèse en divine poussée d’adrénaline. Un grand bol de jouvence à faire jubiler nos pupilles/papilles de bonheur !

                © Laurent BAYART - 09.2020